Burkina Faso : le nombre de personnes déplacées pourrait atteindre 650.000 d’ici la fin de l’année, estime le HCR

22 novembre 2019

La crise humanitaire sans précédent observée ans certaines régions du Burkina Faso, du Mali et de l’ouest du Niger est causée l'escalade de la violence et l'insécurité. Les déplacements de population ont fortement augmenté, avec des milliers de civils fuyant les attaques violentes récurrentes, met en garde le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

Le nombre de personnes déplacées pourrait atteindre 650.000 d’ici la fin de l’année », a déclaré lors d’un point de presse ce vendredi à Genève, Babar Baloch, porte-parole du HCR

L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés s’est notamment préoccupée de la crise humanitaire en cours dans les régions du nord-est du Burkina Faso. Quelque 500.000 personnes ont déjà été contraintes de fuir à l’intérieur du pays, dont 300.000 au cours des trois derniers mois seulement.

Selon le HCR, les personnes fuyant la violence signalent « des attaques contre leurs villages par des extrémistes qui recrutent souvent de force des hommes sous la menace d’une arme à feu, tuant ceux qui résistent ».

Des militants ont également volé du bétail et d’autres biens. Terrifiés par ces attaques, les habitants ont tout laissé derrière eux, beaucoup cherchant la sécurité à Dori, une ville d’environ 20.000 habitants proche de la frontière du Mali et du Niger. 

Crédit audio:
Babar Baloch, porte-parole du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés à Genève
Durée audio:
1'1"

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.