Bintou Keita souligne le risque d'effondrement de la digue sécuritaire en Afrique de l'Ouest et au Sahel

21 novembre 2019

Devant le Conseil de sécurité réuni mercredi soir pour examiner la situation au Sahel, la Sous-Secrétaire générale pour l’Afrique, Bintou Keita, a estimé que la violence des groupes terroristes s’étend désormais jusqu’au pays de la côte ouest-africaine et le long de la bande sahélo-sahélienne et dans le bassin du lac Tchad. Des faits, a-t-elle insisté, qui ont récemment été reconnus par les chefs d’État de la région, qui mettent en garde contre l’effondrement de la digue sécuritaire dans la région. 

La Sous-Secrétaire générale a expliqué qu’au cours des six derniers mois, la sécurité s’était considérablement détériorée dans la région du Sahel, du fait d’attaques attribuées à des groupes terroristes ou revendiquées par eux.  Mme Keita a cité plusieurs de ces attaques meurtrières parmi les plus récentes: une quarantaine de civils et de soldats tués le 6 novembre à Boungou, dans le nord du Burkina Faso; près d’une centaine d’éléments de force de sécurité du Burkina, du Niger et du Mali tués au cours 10 derniers jours dans une série d’attaque visant le triangle du Liptako-Gourma; 24 soldats maliens tués le 18 novembre dernier près de Tabankort, au nord du Mali, à proximité de la frontière avec le Niger.

Mme Keita a rappelé qu’alors que le terrorisme est un combat mondial et qu’aucun pays ne peut le mener seul,  la plupart des États du Sahel consacrent déjà 20% de leur budget à la défense et à la sécurité.  Selon elle, la communauté internationale doit donc contribuer à l’effort de lutte contre l’extrémisme au Sahel.  Elle doit soutenir la Force conjointe G5 Sahel afin qu’elle puisse jouer pleinement son rôle et obtenir des résultats tangibles.

Crédit audio:
Bintou Keita, Sous-Secrétaire générale de l'ONU pour l'Afrique au Département des affaires politiques et de consolidation de la paix et au Département des opérations de paix,
Durée audio:
5'55"

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.