Burundi : la communauté internationale invitée à rester vigilante pour les élections de 2020

2 juillet 2019

Devant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU ce mardi à Genève, le Président de la Commission d’enquête sur le Burundi, Doudou Diène, a souligné que des citoyens burundais continuent de vivre dans « une peur créée par un environnement imprévisible de suspicion, dans lequel tout citoyen Burundais peut devenir une victime ».

« Ils y demeurent en faisant profil bas jusqu’à ce qu’un incident plus grave ne se produise ou que la peur ne devienne trop forte, et qu’ils se sentent alors forcés à quitter le pays », a déclaré le juriste sénégalais.

Le Président de la Commission d’enquête tout en reconnaissant « que le Burundi n’est pas dans une situation de conflit armé qui se traduirait par des incidents de violence à grande échelle », a estimé toutefois « que la situation reste très préoccupante ».

Les enquêteurs de l’ONU estiment d’ailleurs que les violations graves des droits de l’homme continuent depuis mai 2018, notamment des exécutions sommaires, des disparitions, des arrestations et détentions arbitraires, ainsi que des cas de torture, de mauvais traitements et de violence sexuelle, et des restrictions des libertés publiques.

Doudou Diène a exhorté la communauté internationale à suivre de très près les élections qu’organisera le pays l’an prochain. (22’’)

 

Crédit audio:
Doudou Diène, Président de la Commission d’enquête sur le Burundi.
Durée audio:
56"

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.