Les 70 ans des opérations de maintien de la paix de l'ONU : le témoignage d'Anne Tuckerman

29 novembre 2018

Cette semaine Escale, le magazine d’ONU Info, célèbre le 70ème anniversaire des Casques bleus de l’ONU grâce au témoignage exceptionnel d’Anne Tuckerman.

Cette journaliste française, disparue en août dernier, a été correspondante de l'Agence Havas devenue l’Agence France-Presse (AFP) à New York pendant près de 40 ans.

Dès 1945, elle a assisté aux balbutiements de l’Organisation des Nations Unies, puis trois ans plus tard, à la création ex-nihilo des casques bleus.

Il y a 20 ans, en mai 1998, Anne Tuckerman était revenue au micro de la Radio des Nations Unies sur la création de l’ONUST au Moyen-Orient, l'Opération des Nations Unies chargée de superviser la trève,  la première véritable opération de maintien de la paix des Nations Unies.  Une opération qui existe toujours. 

Repères historiques 

En novembre 1947, l'Assemblée générale a approuvé un projet pour la partition de la Palestine, portant création d'un État arabe et d'un État juif, Jérusalem devant être dotée d'un statut international. Le projet ne fut pas accepté par les Arabes palestiniens ni par les États arabes. Le 14 mai 1948, le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord renonça à son mandat sur la Palestine et l'État d'Israël fut proclamé. Le jour suivant, les Arabes palestiniens, appuyés par les États arabes, ouvrirent les hostilités contre Israël.

Le 29 mai 1948, le Conseil de sécurité, dans sa résolution 50 (1948)  , a demandé la cessation des hostilités en Palestine et a décidé que la trêve serait surveillée par le médiateur des Nations Unies avec l´aide d´un groupe d´observateurs militaires. Le premier groupe d´observateurs militaires, connu par la suite sous le nom d´Organisme des Nations Unies chargé de la surveillance de la trêve (ONUST), a été déployé dans la région en juin 1948.

En 1949, les observateurs militaires de l´ONUST restèrent pour surveiller l´application des Conventions d´armistice entre Israël et ses voisins arabes, qui furent pendant de longues années le principal fondement d´une trêve précaire dans toute la région.

Des activités dans cinq États

Les activités de l´ONUST se sont déroulées, et continuent à se dérouler, sur le territoire de cinq États avec lesquels il entretient des relations (Égypte, Israël, Jordanie, Liban, République arabe syrienne). 

Le personnel de l´ONUST s´est aussi trouvé disponible dans de brefs délais pour constituer le noyau d´autres opérations de maintien de la paix et pour aider à la bonne marche de ces opérations. La présence d´observateurs militaires prêts à entrer en action presque immédiatement après le lancement par le Conseil de sécurité d´une nouvelle opération a énormément contribué au succès de ces opérations.

Après les guerres de 1956, de 1967 et de 1973, les observateurs ont vu leurs fonctions se modifier avec l´évolution de la situation, mais ils sont restés dans la région, servant d´intermédiaires aux parties adverses et d´instruments pour circonscrire les incidents isolés et les empêcher de dégénérer en conflit généralisé.

Au mois de septembre 2018, les effectifs de l'ONUST comprenaient 376 personnes, dont 154 experts en mission et 222 civils. 

Depuis la création en 1948, 51 membres de l'ONUST ont perdu la vie. 

Crédit audio:
Production et présentation : Jérôme Longué, ONU Info
Durée audio:
14'47"

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.