Mali : plus de 3.000 réfugiés au Burkina Faso à la suite de violences dans la région de Mopti

17 avril 2018

L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s’est inquiétée de la nouvelle flambée de violence au Centre du Mali. Au cours des dernières semaines, des violences intercommunautaires ont ainsi poussé près de 3.000 personnes à se réfugier au Burkina Faso voisin. « Lors de ces affrontements entre les communautés Dogon et Peul, des dizaines de personnes ont été tuées depuis février et des maisons et autres biens détruits, notamment dans la zone de Koro, dans la région de Mopti », a déclaré le porte-parole du HCR lors d’un point de presse ce mardi à Genève. Selon William Spindler, l’Agence onusienne redoute désormais davantage de déplacements et une augmentation des besoins humanitaires, avec la montée de la violence extrémiste et intercommunautaire.
 

Le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) rappelle qu’il s’agit de 2.000 Maliens, mais aussi de 1.000 Burkinabès qui vivaient au Mali depuis de nombreuses années. Et ces réfugiés répertoriés entre la mi-février et début d’avril se sont ajoutés aux quelques 24.000 réfugiés maliens qui ont trouvé refuge au Burkina Faso depuis le début du conflit malien en 2012.

Crédit audio:
William Spindler, porte-parole du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés. Propos recueillis par Alpha Diallo
Durée audio:
3'37"

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.