António Guterres : Éviter toute aggravation de la situation en Syrie

14 avril 2018

Devant le Conseil de sécurité, réuni d’urgence, samedi matin, à New York, après les frappes aériennes en Syrie, António Guterres a une nouvelle fois exhorté tous les États Membres à faire preuve de retenue et à éviter tout acte qui pourrait aggraver les choses et les souffrances du peuple syrien.

Pour le Secrétaire général de l’ONU, la « Syrie représente aujourd'hui la menace la plus sérieuse pour la paix et la sécurité internationales ». Aussi, faut-il éviter que la situation ne devienne incontrôlable ».

António Guterres a noté que les frappes aériennes menées par les États-Unis, la France et le Royaume-Uni», avait aux dires de leurs gouvernements pour objectif de cibler les capacités d'armes chimiques du gouvernement syrien et de décourager leur utilisation future.

Rappelant le caractère odieux du recours aux armes chimiques, le chef de l’ONU a une nouvelle fois déploré l’incapacité du Conseil à se mettre d'accord sur un mécanisme de responsabilisation effective en matière d'utilisation d'armes chimiques en Syrie.

Déplorant les souffrances endurées depuis huit ans par le peuple syrien, le chef de l’ONU, António Guterres a réitéré sa conviction selon laquelle seule une solution politique permettra de mettre un terme à la crise syrienne.

A noter que les Représentants permanents des 15 membres du Conseil et celui de la Syrie ont aussi pris la parole lors de cette réunion d’urgence.

Enfin, un projet de résolution présenté par la Russie, ayant recueilli trois voix pour, huit voix contre et quatre abstentions, n’a pas été adopté.

Crédit audio:
Jérôme Longué, ONU Info, New York
Durée audio:
1'18"