Florence Marchal : « la MONUSCO est en RDC pour renforcer les autorités dans l’exercice de leur responsabilité vis-à-vis du peuple »

29 janvier 2018

« La MONUSCO est présente en RDC en application des résolutions du conseil de sécurité de l’ONU, non pour se substituer aux autorités mais pour les renforcer dans l’exercice de leur responsabilité vis-à-vis du peuple » a affirmé samedi Florence Marchal, la porte-parole de la MONUSCO, la Mission des Nations Unies en République démocratique du Congo (RDC).

Cette déclaration intervient au lendemain de la sortie médiatique du président Joseph Kabila à Kinshasa. Face à la presse vendredi dernier, le chef de l’Etat congolais avait appelé à une clarification des relations entre la RDC et la MONUSCO, estimant notamment que la RDC passe pour un pays sous tutelle de la MONUSCO.

Lors de ce point de presse, le président Kabila a également accusé la MONUSCO « d’avoir violé à plusieurs reprises l’accord de siège » qui régit les relations entre son pays et l’ONU.

Des propos dont la MONUSCO a pris connaissance et qu’elle n’a pas souhaiter commenter, a souligné la porte-parole de la mission onusienne en RDC.

Florence Marchal a toutefois assuré que la mission de l'ONU en RDC maintient un dialogue permanent avec le gouvernement congolais sur la mise en œuvre de son mandat qui, a-t-elle précisé, consiste en soutien aux autorités congolaises « pour le bien-être des populations ».

Et ce mandat de la MONUSCO a comme priorités « le soutien à l’organisation des élections dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord du 31 décembre et la neutralisation des groupes armés à l’appui des autorités de la RDC » a dit à Radio Okapi Florence Marchal

(Extrait sonore : Florence Marchal, porte-parole de la MONUSCO ; propos recueillis par Radio Okapi)

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.