RDC : plus de 800.000 enfants déplacés en 2017 par les violences au Tanganyika et au Sud-Kivu

25 janvier 2018

Au moins 1,3 million de personnes, dont plus de 800.000 enfants, ont été déplacées suite aux violences interethniques et aux affrontements entre l’armée régulière, les milices et les groupes armés dans l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC). Dans une déclaration rendue publique ce jeudi, l’UNICEF note que ces violences au Tanganyika et au Sud-Kivu alimentent l’une des pires crises de déplacement des enfants au monde.

La RDC fait face à l’une des plus grandes crises de déplacement d’enfants dans le monde. Et selon l’UNICEF, ce sont plus de 800.000 enfants qui ont été déplacés en 2017. Alors que les violences se poursuivent dans les Provinces du Tanganyika et du Sud Kivu, l’agence onusienne redoute le pire. D’autant qu’avec les combats dans l’Est de la RDC, des gamins sont parfois recrutés pour se battre. Selon des estimations récentes de l’UNICEF, plus de 3.000 enfants ont été recrutés par des milices et des groupes armés.

En outre, l’UNICEF et ses partenaires ont également identifié plus de 800 cas d’abus sexuels. Pour l’agence onusienne, ces chiffres témoignent des « conséquences dévastatrices de ces vagues de violences » pour les adolescents de l’Est de la RDC dont beaucoup sont victimes « de violences extrêmes ». « Des centaines de milliers d’enfants dans la région n’ont plus accès aux soins de santé et à l’éducation ».

Ces combats ont « influé sur la santé et l’état nutritionnel des enfants ». De nombreux centres de santé ne fonctionnent plus et il existe un risque accru d’insécurité alimentaire car la violence empêche les communautés à se rendre dans les champs. Du coup, des milliers d’entre eux risquent de souffrir de malnutrition sévère. De plus, les Provinces du Tanganyika et du Sud Kivu font face à une flambée d’épidémies. En 2017, elles ont enregistré plus 18.000 cas suspects de rougeole et le même nombre de cas de choléra, soit deux fois plus qu’en 2016.

Face à cette préoccupante situation humanitaire, l’UNICEF demande à toutes les parties impliquées au conflit de garantir l’accès humanitaire aux personnes qui ont un besoin urgent d’assistance. Et pour aider les enfants touchés par les crises dans les Provinces du Tanganyika et du Sud-Kivu, l’UNICEF a besoin de 65 millions de dollars américains pour sa réponse pour les six prochains mois.

(Mise en perspective : Alpha Diallo, Nations Unies/Genève)

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.