« Rapport Cruz » : l’ONU réagit pour protéger ses soldats de la paix

24 janvier 2018

Nous devons mieux protéger nos soldats de la paix, a déclaré mercredi le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix, en présentant le plan d’action des Nations Unies suite à la publication cette semaine du « Rapport Cruz » sur la sécurité des soldats de la paix.

« Les soldats de la paix sont devenus des cibles, sont attaqués par des groupes armés, font l’objet d’attaques par des mines, ou d’attaques complexes contre nos camps, contre nos patrouilles et nous devons réagir et faire en sorte que nos soldats soient mieux protégés, ce qui leur permettra de mieux protéger les populations que nous servons », a précisé Jean-Pierre Lacroix.

En 2017 les opérations de maintien de la paix ont connu deux fois plus de morts que les années précédentes qui étaient déjà à un niveau élevé, a affirmé le chef des opérations de la paix.

Depuis 2013, 195 Casques bleus sont morts en s'acquittant de leur mandat sous le drapeau de l’ONU, dont 56 en 2017, notamment au Mali ou en République démocratique du Congo.

Face à cette forte augmentation et pour améliorer la sécurité des soldats de la paix, l’Organisation a commandité un rapport pour évaluer ses opérations, sous la direction de l’ancien général brésilien, Carlos Alberto dos Santos Cruz.

Le dénommé « Rapport Cruz » signale notamment que les Casques bleus ont besoin d'une meilleure formation, de plus de technologie.

« C’est un rapport très franc, ce que nous souhaitions et qui parle de plusieurs choses qui ont toutes trait à la performance », a précisé le Secrétaire général adjoint.

Le rapport indique que "les forces hostiles ne comprennent pas un autre langage que la force" et attribue les morts des Casques bleus à "l'inaction", appelant à s’engager militairement.

« C’est toujours du maintien de la paix, simplement aujourd’hui nous le faisons dans des environnements qui sont beaucoup plus dangereux et beaucoup plus difficiles en présence de groupes qui eux pillent, tuent, violent les populations et veulent affaiblir les efforts de paix », a-t-il précisé.

« C’est pour cela que nous avons des mandats robustes, mais c’est toujours du maintien de la paix, simplement c’est un autre contexte et il faut s’y adapter », a expliqué Jean-Pierre Lacroix.

L’ONU a développé un plan d’action que l’Organisation a commencé à prendre des mesures au sein des mission, insistant sur le suivi de la mise en œuvre. Dans l’immédiat elles comprennent notamment un meilleur suivi des règles pour améliorer la protection, l’identification des besoins en termes d’entrainement et d’équipement, ainsi que l’identification des risques. Il s’agira ensuite de répondre aux besoins identifiés.

Selon le chef du maintien de paix, la mise en œuvre du rapport Cruz a pour objectif de réduire le nombre de victimes et d’améliorer la performance des opérations de paix. Le Département mène ainsi également des revues stratégiques des mandats, de leur pertinence et de leur mise en œuvre.

Le renforcement du maintien de la paix de l’ONU est un effort « collectif », selon Jean-Pierre Lacroix, qui incombe non seulement au Secrétariat de l’Organisation mais aussi aux États Membres, qu’ils soient contributeurs de troupes, financiers, et ou membres du Conseil de sécurité.

(Interview : Jean-Pierre Lacroix, Secrétaire général adjoint des opérations de maintien de la paix; propos recueillis par Cristina Silveiro)

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.