RDC : la commission d’enquête sur l’attaque à Semuliki rencontre la société civile

24 janvier 2018

Au dernier jour de son enquête sur le terrain, à Beni, en République démocratique du Congo (RDC), la commission d’enquête de l’ONU chargée d’examiner les circonstances entourant l’attaque meurtrière qui a tué 15 Casques bleus tanzaniens à Semuliki le 7 décembre dernier, a rencontré la société civile.

Le président de cette organisation, le pasteur Gilbert Kambale, a affirmé au directeur de l’enquête, Dmitri Titov, que l’attaque contre la base de la Mission onusienne (MONUSCO) « prouve que la capacité de nuisance des ADF », présumés auteurs de ces tueries, « est restée intacte, contrairement à ce qui se dit autour de ce groupe armé ».

Gilbert Kambale recommande également un rapprochement entre militaires et civils pour instaurer la confiance.

Quant à la solution à préconiser pour mettre fin à l’activisme des ADF dans la région, la société civile de Beni a conseillé l’option militaire.

Cet échange avec la société civile de Beni marque la fin de la mission de l’équipe spéciale d’enquête sur l’attaque armée du 7 décembre 2017 qui a couté la vie à 15 casques bleus à Semuliki.

Mise en place par le Secrétaire général des Nations unies, António Guterres, la commission d’enquête est chargée d’examiner notamment les circonstances entourant cette attaque et évaluer la préparation globale de la MONUSCO et sa réaction aux événements.

(Extrait sonore : Gilbert Kambale, président de la société civile de Beni; propos recueillis par Radio Okapi)

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.