Conseil des droits de l’homme : Israël veut une solution durable avec les Palestiniens

23 janvier 2018

Le Conseil des droits de l’homme poursuit à Genève les travaux de la 29e session de son examen périodique universel. Lors de l’examen du rapport d’Israël ce mardi matin, la Représentante permanente d’Israël auprès des Nations Unies à Genève a indiqué qu’Israël est confronté à de nombreux défis, notamment « l’instabilité régionale liée au terrorisme et l’incitation incessante contre le droit d’exister en tant qu’Etat souverain ».

L’Ambassadrice Aviva Raz Shechter a souligné qu’Israël était d’ailleurs préoccupé par la situation dans la Bande de Gaza et avait soutenu « la reconstruction des infrastructures civiles. « Mais Israël ne restera pas sans rien faire lorsque les fonds et le financement pour les besoins des citoyens de Gaza seront détournés par le Hamas », a-t-elle mis en garde. 

« Nos relations avec les Palestiniens continueront d’être une importante priorité, et malgré les revers connus dans le processus de paix, nous continuerons à rechercher une solution durable qui permettra à nos deux peuples de vivre côte à côte dans la paix et la sécurité », a fait remarquer la Représentante permanente d’Israël à Genève.

Par ailleurs, la diplomate a dénoncé « la discrimination persistante contre Israël au Conseil des Droits de l’Homme, incarnée par le fameux point 7. « Le nombre inégalé de résolutions unilatérales partiales et politiques adoptées régulièrement par la majorité automatique de ses membres témoignent non seulement du traitement injuste contre l’Etat d’Israël, mais aussi des insuffisances du Conseil lui-même et de son agenda », a-t-elle fait remarquer.

Lors des débats, certains pays, comme la Suisse, ont insisté sur le fait « qu’un accord politique négocié à deux Etats est la seule solution de paix durable et récuse toute tentative de modification unilatérale des frontières, y compris à Jérusalem ». D’autres Etats se sont inquiétés « des limitations imposées aux défenseurs des droits de l’homme et des conséquences négatives de la politique de colonisation sur les droits de l’homme.

Des membres du Conseil des droits de l’homme ont invité Tel Aviv à mettre un terme à la colonisation et éviter toute mesure visant à étendre son autorité au-delà des frontières de 1967, conformément au droit international humanitaire. Ils ont recommandé à Israël de « mettre fin au bouclage de la bande de Gaza, garantir à l’ensemble de la population sa liberté de mouvement ainsi que respecter et protéger ses droits de l’homme, notamment en garantissant l’accès aux biens et services nécessaires à cette réalisation ».

(Extrait sonore : Aviva Raz Shechter, Ambassadrice et Représentante permanente d’Israël auprès des Nations Unies à Genève)

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.