RDC : l'ONU appelle à enquêter sur les violences lors de la dispersion des manifestations à Kinshasa

22 janvier 2018

Le Secrétaire général s’est dit préoccupé lundi par les informations faisant état d'au moins six personnes tuées et 63 blessées au cours de manifestations en République démocratique du Congo dimanche appelant à la pleine mise en œuvre de l'accord politique du 31 décembre 2016.

Dans une déclaration, António Guterres a appelé les autorités congolaises à mener des enquêtes crédibles sur ces incidents et à demander des comptes aux responsables.

Le chef de l’ONU a exhorté les forces de sécurité congolaises à faire preuve de retenue et à faire respecter le droit du peuple congolais à la liberté d'expression et de réunion pacifique.

Il appelle également toutes les parties concernées à assurer le plein respect des lieux de culte.

Le Secrétaire général a, encore une fois, appelé les acteurs politiques congolais à œuvrer à la pleine mise en œuvre de l'accord politique du 31 décembre, qui reste la seule voie viable pour la tenue d'élections, le transfert pacifique du pouvoir et la consolidation de la stabilité. République démocratique du Congo.

Pour sa part la Mission des Nations Unies pour le pays (MONUSCO) a affirmé qu’elle déployé des équipes sur le terrain afin d’observer le déroulement cette marche, qui avait été soutenue par plusieurs organisations de la Société civile.

«Certains de nos observateurs sur terrains ont été menacés et molestés à Kinshasa, dans les quartiers de la Gombe et de Lemba. Des journalistes ont également été arrêtés », a déploré la porte-parole de la Mission, Florence Marchal, denoncant par ailleurs « l’usage excessif » de la force.

.

(Extrait sonore: Florence Marchal,  porte-parole de la MONUSCO ;  propos recueillis par Radio Okapi)

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.