Syrie : plus de trente enfants tués depuis le début de l’année, selon l’UNICEF

15 janvier 2018

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance, l’UNICEF, par la voix de son Représentant pour la Syrie, Fran Equiza, se dit choqué que, rien qu’au cours des 14 premiers jours de l'année, plus de 30 enfants aient été tués par le regain de violence dans l'est de la Ghouta. Dans cette province, environ 200 000 enfants sont pris au piège depuis 2013.

À Idlib, au nord-ouest du pays, les violences auraient tué et blessé des dizaines d'enfants et de femmes et auraient déplacé environ 100 000 civils au cours des dernières semaines, précise le Fonds.

« A une époque où la plupart des parents sont remplis de l'espoir de la nouvelle année pour l'avenir de leurs enfants, les mères et les pères en Syrie sont plongés dans le deuil des enfants qu'ils ont perdus », indique le Représentant.

Fran Equiza juge « honteux que près de sept ans après le début du conflit, une guerre contre les enfants se poursuive pendant que le monde entier regarde. Des millions d'enfants en Syrie et dans les pays voisins ont subi les conséquences dévastatrices d'une violence sans relâche dans plusieurs régions du pays», ajoute-t-il.

Selon des informations parvenues de la Ghouta orientale, les gens se réfugient sous terre par crainte pour leur vie. Une attaque particulièrement violente contre des bâtiments résidentiels a été si forte qu'elle aurait blessé 80 civils, y compris des enfants et des femmes, indique l’UNICEF, précisant que le personnel médical a eu du mal à sortir les survivants des décombres.

« Deux installations médicales ont été attaquées ces derniers jours dans l'est de la Ghouta, et la plupart des centres de santé ont dû fermer à cause de la violence. Dans certaines régions, les cliniques mobiles d'urgence sont le seul moyen pour les familles de recevoir un traitement médical et de l'aide», souligne Fran Equiza. Il indique par ailleurs qu’à Idlib, l'hôpital maternel et pédiatrique de Ma'arrat An Nu'man a été attaqué à trois reprises pour le mettre hors service et que les attaques ont tué au moins un patient et deux membres du personnel médical.

Rappelant qu’il existait une petite lueur d'espoir à la fin de l'année dernière avec l'évacuation de 17 enfants ayant un besoin urgent de soins médicaux, le Représentant de l’UNICEF déplore que la violence accrue dans et autour de l'est La Ghouta ait désespéré 120 autres enfants qui continuent de souffrir en silence en attendant une évacuation médicale urgente.

Fran Equiza confirme que l'UNICEF continuera à fournir une assistance humanitaire essentielle à la survie et au bien-être mental des enfants dans toute la Syrie.

«Pour les enfants les plus vulnérables dans les zones assiégées et difficiles d'accès, nous pouvons et devons faire mieux », conclut-il.

(Mise en perspective : Florencd Westergard)

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.