Yémen : Le chef de l’ONU appelle à la fin de tous les affrontements armés et des frappes aériennes

4 décembre 2017

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a appelé les parties au conflit au Yémen à cesser toute agression aérienne et terrestre, exprimant sa profonde préoccupation face à "l'escalade brutale" des affrontements armés et des frappes aériennes dans la capitale, Sanaa et d'autres régions du pays déchiré par la guerre au cours des derniers jours.

Dans une déclaration publiée dimanche par son porte-parole, M. Guterres a indiqué que les affrontements ont déjà fait des dizaines de morts et des centaines de blessés, notamment des civils, et ont restreint la circulation des personnes et des services vitaux dans la ville de Sanaa.

"Les ambulances et les équipes médicales ne peuvent pas accéder aux blessés et les gens ne peuvent pas aller à l'extérieur pour acheter de la nourriture et d'autres nécessités. Les travailleurs humanitaires sont incapables de voyager et de mettre en œuvre des programmes cruciaux de sauvetage à un moment où des millions de Yéménites dépendent de l'aide pour survivre ", précise la déclaration.

Cette dernière flambée de violence ne pourrait pas être pire pour le peuple yéménite, qui est déjà pris dans la plus grande crise humanitaire du monde. Le conflit et le blocus qui ont été mis en place le 6 novembre - et qui ne sont toujours pas levés - ont provoqué des pénuries importantes de fournitures essentielles, en particulier de nourriture et de carburant, entraînant des hausses de prix, restreignant l'accès à l'eau potable et aux soins de santé.

«Le Secrétaire général appelle à la reprise urgente de toutes les importations commerciales, sans lesquelles des millions d'enfants, de femmes et d'hommes risquent la faim, la maladie et la mort en masse», souligne la déclaration.

Le chef de l'ONU a appelé toutes les parties au conflit à respecter leurs obligations en vertu du droit international humanitaire, en soulignant: «Il est primordial que les civils soient protégés, que les blessés aient un accès sûr aux soins médicaux et que toutes les parties facilitent l'accès humanitaire vital. »

Plus de deux années de conflit incessant entre le gouvernement et les rebelles houthis et leurs alliés au Yémen, qui est déjà le pays le plus pauvre du monde arabe, ont dévasté la vie de millions de personnes. Un nombre alarmant de 20,7 millions de personnes au Yémen ont besoin d'une aide humanitaire ou de protection, avec quelque 9,8 millions de personnes ayant un besoin urgent d'assistance. Cette catastrophe causée par l'homme a été brutale pour les civils.

«Le Secrétaire général réitère qu'il n'y a pas de solution militaire au conflit du Yémen. Il exhorte toutes les parties au conflit à s'engager de manière significative avec les Nations Unies pour relancer les négociations inclusives sur un règlement politique ", conclut la déclaration.

Samedi, plusieurs hauts responsables du système des Nations Unies avaient appelé la coalition dirigée par l'Arabie saoudite à lever complètement son blocus des ports du Yémen, avertissant qu'à moins de reprendre les importations commerciales, «la menace d'une famine généralisée en quelques mois est très réelle».

Les responsables ont également annoncé que les Nations Unies enverraient une équipe à Riyad pour discuter des préoccupations de la coalition et de l'Arabie saoudite par rapport à ces ports. «Mais nous avons besoin que la coalition accorde d'urgence un accès sans entrave aux importations qui sont une bouée de sauvetage pour des millions de personnes,» ont déclaré les dirigeants onusiens.

Les signataires de cet appel conjoint sont le Directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS),Tedros Adhanom Ghebreyesus, l’Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), Achim Steiner, le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, le Directeur général du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), Anthony Lake, le Directeur exécutif du Programme alimentaire mondial (PAM), David Beasley, le Directeur général de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), William Lacy Swing, ainsi que le Secrétaire général adjoint pour les affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence des Nations Unies, Mark Lowcock.

(Extrait sonore : Mise en perspective par Jérôme Longué)

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.