Sénégal : l’eau potable pour tous avant 2015

13 août 2010

« Cinq ans après le lancement du PEPAM, le taux d'accès en eau potable des populations rurales au Sénégal est passé de 64% à 74% entre 2004 et 2010 », s'est félicité Mouhamed Fadel Ndaw, le coordonnateur de cette initiative dont le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) est chargé de l'exécution administrative et financière.

L'aide de bailleurs de fonds internationaux tels que la Banque mondiale ainsi que la Banque africaine de développement a permis à plusieurs régions défavorisées du Sénégal de bénéficier d'un approvisionnement en eau courante grâce notamment à l'installation de pompes à eau.

« Les populations rurales confrontées à la corvée de l'eau témoignent de manière générale de l'apport positif du PEPAM pour améliorer leur cadre de vie », a expliqué Mouhamed Fade Ndaw.

Cependant pour être au rendez-vous de la réalisation des OMD d'ici à 2015, le PEPAM a besoin d'une plus grande mobilisation de ressources financières. Selon le coordonateur du PEPAM, 300 millions de dollars sont nécessaires à la poursuite des opérations.

Interview : Mouhamed Fadel Ndaw, coordonnateur du Programme d'eau potable et d'assainissement du millénaire (PEPAM)

Production et présentation: Martial Assème

Production : Florence Westergard

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.