L’exception rwandaise : les femmes majoritaires au parlement

6 août 2010

Soucieux de dépasser les stigmates du génocide qui a ravagé le pays au printemps 1994, le Rwanda est plus récemment devenu le premier État au monde à disposer d'une majorité de femmes au sein de son parlement. Une situation rendue possible grâce au recours systématique à la discrimination positive.

Selon le Fonds de développement des Nations Unies pour la femme (UNIFEM), les mesures de discrimination positive permettent de rectifier une injustice qui n'a que trop perduré : la faible présence pour ne pas dire l'absence des femmes dans le monde politique. Or, l'accès aux postes et mandats politiques permet aux femmes,  non seulement d'acquérir une expérience dans ce domaine, mais aussi d'être interpellées sur des questions sur lesquelles elles n'auraient pu autrement se prononcer.

Par ailleurs, et surtout, la présence des femmes favorise la mise en avant des questions dites d'intérêt féminin telles que la maternité ou la violence faite aux femmes, des questions trop souvent occultées.

Interview : Rose Mukantabana, Présidente du Parlement rwandais

Interview : Alpha Diallo

Production et présentation : Cristina Silveiro

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.